CARNE est une forme jouissive et poétique réunissant Femmes et Hommes, ensemble dans l’arène, pour interroger, mettre en lumière et se réapproprier collectivement un sujet qui nous concerne toutes et tous : LA VIANDE. Sujet sensible, clivant, hautement polémique, certes. Car oui, notre société toute entière est travaillée par LA VIANDE et ses représentations. Sujet quotidien et populaire par excellence, qui va de l’intime à l’extra-collectif, qui pose la question de l’anthropocène, des conflits de générations, qui interroge notre rapport à la mort et à l’autre, tout autant que nos visions de l’économie, du politique, du religieux, de l’identité, du vivre ensemble. Une création qui pose directement la question : comment faire table commune ?

La viande est-elle de droite ? Est-ce que manger mieux, c’est mâcher plus ? Le poulet est-il un fruit ou un légume ? Quand le toréro perd, pourquoi on ne le mange pas ? Les véganisme est-il un ayatollisme ? Si j’arrête la viande, est-ce que je pourrai aller au ski ? Les porcs bretons sont-ils pur beurre ? Quid du poulpe ? Jusqu’où ira le bilan carbone des lapins ?

Au pays des Lumières, la hauteur intellectuelle du débat donne le vertige. Instrumentalisée, diabolisée, portée au pinacle, montrée du doigt pour d’obscures questions de prouts, la nation de Proust, NOUS, ne savons plus quoi faire d’ELLE ! Oui, ELLE : LA VIANDE.
 Que s’est-il passé ? Comment en est-on arrivé là ? Où en sommes-nous vraiment d’ailleurs ?

Avec « CARNE », on fait le point sur ce sujet quotidien et populaire par excellence, qui va de l’intime à l’extra-collectif, qui pose la question de l’anthropocène, des conflits de générations, qui interroge notre rapport à la mort et à l’autre tout autant que nos visions de l’économie, du politique, du religieux, de l’identité, du vivre ensemble. Alors, on en parle ?

De Cro-Magnon à L214 : LA VIANDE. Une histoire plus vieille que les pyramides, celle d’une relation (intime, inégalitaire, dynamique, violente et symbolique) qui lie l’homme à l’animal. Enfin… à certains. Dindons de la farce des lobbies de la barbaque, pris.e.s au piège de notre dissonance cognitive condamné.e.s volontaires au tofu et au soja, élevé.e.s aux grains des mots de la pub… sortira-t-on vivant de cet abattage ?

À travers l’interprétation de chiffres (PowerPoint), l’examen de questions éthiques (gilets pare-balles) et le récit de nos pérégrinations dans le très vaste monde de la filière carnée, nous vous proposons un petit récap’.

On a mouillé le tablier et on vous dira tout : du sommet de l’élevage au Salon de la Boucherie, du brame du cerf au labo d’archéozoologie, sans oublier le ballet de transpalettes des Pavillons de Rungis et la rencontre avec le Président de la République.

Distribution 

  • Écriture et Mise-en-Scène : Alexandre Moisescot et Chloé Desfachelle
  • Chorégraphie : Maud Payen.
  • Interprétation : Chloé Desfachelle, Maud Payen, Arnaud Mignon, Alexandre Moisescot et David Codina.
  • Création musicale : David Codina et Ben Wünsch.
  • Masques et Marionnette : Maud Payen
  • Régie : Ben Wünsch.
  • Regard Invité : Aurélia Tastet.
  • SAV : Clotilde Bergeret.
  • Administration : Camille Sartre.